Blog / Entrepreneure Life / Réseau Femmes des Territoires en Béarn des gaves

Réseauter au féminin, est-ce si différent?

Réseauter au féminin? Pourquoi?
Il y a quelques années, j’ai eu la chance de co-présider un réseau professionnel mixte sur mon département.

A l’époque, je n’avais pas encore 30 ans et je n’avais pas conscience que co-présider un réseau professionnel de cette ampleur faisait de moi un véritable ovni.

Je regrette avec le recul de ne pas m’être plus intéressé à cette période à la place des femmes dans les réseaux professionnel et le marché économique. Je n’avais pas à l’époque la conscience féministe que j’ai développée depuis, un peu contrainte et forcée par les aléas de ma vie personnelle et professionnelle. Je peux avouer aujourd’hui que j’étais sacrément naïve!
Et si nous étions tout de même un petit groupe de femmes actives, je me souviens tout de même que nous étions minoritaires dans les adhésions et que malgré la mixité du groupe, nous avions pas mal tendance a nous retrouver entre nous à un moment ou à un autre des soirées et rencontres informelles.

A cette époque, je pouvais me conformer aux rituels de ce genre de réseau: Je n’avais pas d’enfant et de la facilité à me déplacer.

J’ai laissé ma place à la vice présidence dès que je suis tombée enceinte et j’ai vite abandonné ma place dans le réseau à la naissance de ma fille. Plus de temps, moins d’envie, et surtout, plus les même besoins. Pourtant, ce principe de réseau me manquait.

Je voyais bien dans ma carrière qu’il me manquait des contacts, que je n’arrivais pas à évoluer comme je le voulais et que face à des désagréments, je n’avais ni les ressources nécessaires, ni la confiance en moi pour résoudre les situations problématiques.

Mais quand j’ai voulu me relancer dans cette dynamique, je me suis vite aperçue que je ne satisfaisais plus aux codes des réseaux professionnels majoritairement masculins. Quand vous devez vous occuper de deux enfants et que vous habitez à 50min de la grande ville la plus proche, les choses deviennent beaucoup plus compliquées.

Et puis, je n’avais pas envie de me retrouver dans une salle remplie de testostérone ou des hommes fier d’eux-mêmes me regardent avec condescende ou concupiscence…

Si je me permet de dire cela aujourd’hui, c’est parce que je l’avais vécu il y a quelques années (et tout au long de ma carrière pour être franche).Ce genres d’expériences ont au fur et à mesure de ma vie entamées ma confiance en moi, m’ont empêchées de valoriser mes compétences à certains postes et pour tout dire, j’avais accumulé pas mal de frustrations par rapport au monde du travail. Je ne me sentais plus en phase. D’où l’idée d’intégrer un réseau ou je ne ressentirais pas ce genre de choses. Et je pense sincèrement que c’est un bon choix pour moi à cette période de là de ma vie!

Pour beaucoup de femmes, un réseau féminin est un endroit safe, on l’on peut partager des expériences similaires.

on se rend assez vite compte que le type de conversations sont totalement différentes! Jamais je n’ai entendu un homme parler de son burn-out ou de son envie de reconversion dans un réseau mixte! Alors que ce genre de choses sont fréquement abordées entre femmes.

Les hommes sont là pour se valoriser dans un entre-soi égalitaire, les femmes elles cherchent la confiance, la relation et l’empathie.

Pour la plupart des femmes(…), le réseautage sert plutôt à établir une relation de confiance avec quelqu’un. Elles pensent à l’après, et elles pensent surtout à sécuriser leurs compétences et ne pas afficher trop haut leurs ambitions. Les hommes, à l’inverse, n’hésitent généralement pas à utiliser le réseautage comme un moyen de partager leurs ‘bons coups’, parler de leurs succès, et développer des affaires ».

Déborah Cherenfant, éditrice de Mots d’Elles

C’est une autre manières de réseauter, une façon de répondre à des besoins différents induits par des situations que les hommes n’envisagent même pas!

« Quand une femme dispose de 80 % des compétences pour un nouveau poste, elle se concentre sur les 20 % qui lui manquent, alors qu’un homme n’hésitera pas à demander une promotion s’il possède 50 % des capacités requises »

Isabelle Germain, fondatrice des Nouvelles News et intervenante dans les entreprises sur le thème des stéréotypes.

Alors, oui, réseauter au féminin, c’est différent car cela répond à des situations et des besoins différents.

Pourtant, j’ose croire que je ne me satisferai pas toute ma vie de réseauter uniquement au féminin. Un temps viendra ou j’aurais envie de mixité et de reprendre à ma sauce les codes d’un réseau à tendance masculine, parce ce que cela représente à la fois un défi et un challenge.
Mais pour l’instant, je trouve que l’entre-soi féminin correspond plutôt bien à mon besoin actuel!

Pour aller plus loin:
Réseaux féminins, une force d’accélération – L’Express L’Entreprise
Développer son réseau professionnel : une difficulté pour les femmes ? | Isarta Infos | Actualités Marketing, Communication et Numérique
Réseauter, c’est différent pour les femmes. – Oyez Communication (cindyrivard.com)

Auteur

femmesdevaleurvaleursdefemmes@gmail.com
Fondatrice de FVVF Coordinatrice du réseau Femmes des Territoires en Béarn des Gaves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.