Entretien du 21/04/2021 avec Elisabeth Moréno
A la découverte des Territoires Ruraux / Blog / Développement personnel / Entrepreneure Life

Entretien avec Elisabeth Moréno

Que diriez-vous à la Ministre de l’égalité Homme/Femme, Elisabeth Moréno, si on vous laissait deux minutes de temps de parole complètement libre avec elle sur le sujet du Financement des TPE…

C’est la question que j’ai du me poser vendredi dernier lorsque Marie Eloy, la présidente du réseau Bouge ta Boite et de Femmes des Territoires, m’a invité a participer à une réunion avec la Ministre Elisabeth Moréno ce matin même.

La première chose que je me dis demandé lorsque j’ai reçu cette invitation, c’est pourquoi moi? En quoi suis-je légitime pour parler de ce genre de sujet?
Et puis, ceux qui me connaissent bien savent ma défiance du monde politique!
Mais après avoir remis mon syndrome de l’imposteure à sa place (10 pieds sous terre!), j’ai pris le temps de réellement réfléchir à ces deux minutes de paroles libres. Et je confirme que nous avons pu tout dire!

Et puis, je me suis dis, pour une fois, une femme rurale a l’opportunité de parler de sa réalité, du clivage qu’elle vit au quotidien, de la non égalité des chances concernant nos territoires ruraux, allons-y!

Alors, voici en substance ce que je lui ai dit:

Bonjour,
Je m’appelle Marianne Pierre, j’ai 39 ans et j’habite dans une zone rurale dans les Pyrénées Atlantiques.
J’ai eu une première expérience entrepreneuriale à 26 ans qui m’a confrontée, non seulement à un parcours du combattant, mais également au sexisme, à la misogynie et au paternalisme. Je n’avais à l’époque ni l’accompagnement ni la force nécessaire pour faire face : A 29 ans, j’avais mis la clé sous la porte.
Aujourd’hui, je retente l’aventure.
Je suis actuellement en incubation pour mon projet, FVVF, depuis juin 2020. J’ai pour but de mettre en lumière les initiatives féminines et d’aider au développement de l’entrepreneuriat féminin en zone rurale. Ce projet, je le teste actuellement au format associatif. Ce qui me permet de travailler de chez moi, et de façon ponctuelle au pôle économique du village voisin.
Pour ce qui est du développement de mes services et de mes produits, je ne pense pas faire une demande de financement classique. Je réfléchis plutôt à utiliser le financement participatif.
Mais mon quotidien ne me permet pas de parler d’un réel accès à l’égalité des chances… 
Pour exemple, la CCI et le pôle emploi dont je dépend sont à plus d’1h de route de mon domicile
Sur mon canton de 53 communes, il n’y a qu’une seule pépinière d’entreprises et un seul espace de coworking.
En ce qui concerne les enfants, il n’y a pas de centre aéré, les crèches sont bondées et comme tout est plus loin, les heures de gardes chez la nounou sont impactées financièrement par les temps de trajet.
Même pour bénéficier d’une formation, soit il faut aller en ville (à minimum 1h de route) soit se rabattre sur les formations en ligne. Mais encore faut-il pour cela avoir une connexion internet suffisante… Ici, pas de fibre, et une 4G instable voir inexistante selon les endroits.
Si mon projet est tourné vers la ruralité, et que je souhaite vivre ici, c’est que j’en vois les potentiels, en termes d’innovations sociales mais également en capacité de résilience.
Si vous souhaitez aider au financement des TPE en zone rurale, il sera selon moi difficile de se passer d’un package complet!
SI j’avais une chose à vous demander, Madame la Ministre, ce serait la mise en place d’un plan massif de développement des campagnes et d’un véritable accompagnement des femmes en ruralité, parce que nous nous sentons oubliées des politiques publiques…

Ce texte, j’ai mis plusieurs jours à l’écrire et je tiens à remercier Laure R et Stéphanie Philippe, directrice de La Station Sauveterre de Béarn, pour leur aide précieuse!
Et j’ai pu le donner tel quel à la Ministre de l’égalité actuelle.

Mais je n’étais pas seule: 13 autres femmes étaient présentes à cette réunion et toutes ont partagé avec la Ministre Elisabeth Moréno un vécu à la fois plein d’espoirs et plein de désespérances.

Alors, qu’en fera-t-elle de tous ces témoignages?
Je n’en sais encore rien et peut-être que rien ne sortira jamais de cet entretien (ou qu’il en sortira de belles choses qui sait!). Mais j’ai surtout profité de l’occasion d’échanger avec ces femmes au combien passionnées et passionnantes, j’ai eu l’opportunité d’écouter en direct et sans filtre une Ministre de l’égalité nous conseiller de « cultiver la championne qui est en nous » et j’ai découvert une femme qui a vécu les mêmes difficultés de parcours que nous.

Alors oui, j’ai une véritable désillusion du politique, je considère que si l’on veut changer les choses, il faut d’abord commencer par se retrousser les manches sans attendre d’aide extérieure.
Mais pour rien au monde, je n’aurais laissé passer cette occasion de porter la parole des femmes rurales directement à l’oreille d’une ministre.
Pour cette opportunité, je souhaite remercier Céline André et Marie Eloy qui travaille au quotidien à développer les réseaux professionnel Femmes des Territoires et Bouge ta boite! Elles changent le monde quotidiennent pour que nos parcours soient plus légers, plus riches, plus enthousiastes! Elles ont toute ma grattitude!

Et vous? qu’auriez-vous voulu lui dire?

Auteur

femmesdevaleurvaleursdefemmes@gmail.com
Fondatrice de FVVF Coordinatrice du réseau Femmes des Territoires en Béarn des Gaves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.