A la découverte des Territoires Ruraux / Articles / Blog / Ressources

Permis de conduire, une inégalité de genre qui a des conséquences…

On a tous entendu dans notre vie des réflexions autour des femmes qui conduisent, la plus célèbre d’entre elles étant « Femme au volant, mort au tournant! » et autres fadaises…
Pourtant, lorsqu’on regarde les statistiques, les femmes sont beaucoup moins dangereuses que les hommes au volant:

Selon l’Observatoire Interministériel de la Sécurité Routière 67% des points retirés concernent les hommes, 91% des personnes condamnées pour conduite sans permis sont des hommes, concernant les condamnations pour conduite en état d’ivresse, on retrouve 89, 1% d’hommes, 88,5 % des homicides involontaires avec circonstances aggravantes sont commis par des hommes, etc…

Les stéréotypes de genre concernant la conduite ont cependant la vie dure!

Je vous conseille cet article de BFM TV, une pépite du genre!
Mais si cela ne restait que de l’humour, à la limite, ça ne poserait aucun problème. Mais ce genre de stéréotypes ont des conséquences réelles dans la vie des femmes!

Le permis de conduire est une condition importante de l’insertion professionnelle et sociale des femmes, surtout en milieu rural ou les transports en commun sont rares voir inexistants. Surtout que l’on a constaté ici les femmes rurales sont nombreuses à avoir un emploi en dehors de leur commune de résidence. Sans permis de conduire, pas d’emploi!

Hors, à l’échelle nationale on constate un écart de 10 points entre les hommes et les femmes dans la réussite à l’épreuve du permis de conduire!

Un écart de 10 point dans la réussi à l’épreuve du permis de conduire entre les hommes et les femmes !

Les femmes représentent 53 % des candidats au permis B. Pour autant, elles ne représentent que 49 % des permis B délivrés en 2018, avec un différentiel de réussite de près de 10 points entre les deux sexes : 63 % de taux de réussite chez les hommes contre 53 % de taux de réussite chez les femmes à l’épreuve pratique du permis B. Toutefois, cet écart de réussite s’amenuise : il était de 11,6 points en 2009.

Plusieurs études ont été menées, auprès des apprentis conducteurs en formation et des enseignants de la conduite.

Les résultats confirment l’écart de réussite entre hommes et femmes au permis, en lien avec, chez les femmes, un nombre d’heures de leçons plus important, moins d’attrait pour la conduite, de plus grandes difficultés ressenties pendant les leçons, une plus forte anxiété, couplée à une peur plus importante de l’accident et du regard d’autrui. Ces différences sexuées s’observent dès le début de la formation, les hommes s’attribuant des chances plus importantes de réussir le permis que les femmes, même avant le début des leçons de conduite.

Les résultats de l’étude montrent que ces différences sont en lien avec les attentes sociales et les stéréotypes à l’égard des hommes et des femmes au volant. La croyance sociale d’un homme naturellement compétent pour la conduite affecte positivement les hommes apprentis, en augmentant leur sentiment de maîtrise. Au contraire, elle affecte négativement les femmes, les renvoyant au stéréotype de la femme incompétente dans une activité socialement perçue comme masculine.

L’étude précise que « les femmes qui prennent de la distance par rapport à ces stéréotypes de sexe ont un meilleur taux de réussite que les femmes qui s’y conforment ».
Ces stéréotypes affectent également les moniteurs, qui perçoivent les différences de sexe dans la conduite et les attribuent à des effets biologiques et interprètent les erreurs et l’anxiété des hommes comme liées aux circonstances de l’évaluation mais comme le signe d’un manque de compétences chez les femmes.

En se conformant aux attentes sociales de masculinité ou de féminité, les individus, au travers du rite de passage de l’examen du permis, confirment leur appartenance au groupe des hommes ou des femmes. Cela pénalise les femmes dans l’obtention de l’examen, mais pénalisera ensuite les hommes en termes de comportements à risque accidentel.

Quelles conséquences en ruralité?

En ruralité, on l’a vu ici, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à exercer un emploi en dehors de leur commune de résidence et à avoir un emploi précaire.
Bref, elles ont accès à moins de sous, travaillent plus loin, sont souvent en charge des trajets familiaux ( amener les enfants à la crèche ou à l’école, s’occuper des parents agés, faire les courses, etc), sont souvent en charge des familles monoparentales, et on un accès plus difficile et plus cher au permis de conduire…
Résultat, près de 25% des jeunes filles de moins de 24 ans sont sans activité et sans formation dans les milieu ruraux français…

Une étude montre que près de 50% des jeunes de moins de 24 ans ont été obligé de refuser un emploi ou un entretien d’embauche faute de pouvoir se déplacer…

Alors quelles solutions? Le cas du Béarn des Gaves

Lors de mes recherches, je n’ai pas trouvé de solutions spécifiques au Béarn des gaves. Peut-être existent-elles? et si vous avez des informations, je suis preneuse et je modifierai avec joie ce praragraphe!

Cependant, ce n’est pas parce que nous n’avons pas de solution en interne que nous sommes complètement démunis!
Le département et la région ont mis en place et financent des dispositifs intéressants qui pourraient éventuellement vous aider si vous êtes dans ce cas!

  • La Plateforme de mobilité gérée par l’association Transition 64 :
    http://www.transition64.fr/plateforme-mobilite
    Les demandeurs d’emploi sont exposés à des difficultés multiples qui peuvent affecter sensiblement d’intervention leur mobilité géographique : contraintes financières (peu de ressources + gestion du budget mobilité), manque d’équipement et de solutions alternatives, difficultés à se saisir des offres de service existantes, difficultés à se projeter sur un territoire inhabituel… La Plateforme Mobilité Transition propose aux personnes en parcours d’insertion un accompagnement pour lever les freins à l’emploi liés à la mobilité. Selon les besoins, cet accompagnement est proposé sous forme d’ateliers ou d’entretiens, en collectif ou en individuel. Il permet de faciliter l’accès aux solutions de mobilité du territoire et/ou d’acquérir de nouvelles compétences liées à la mobilité.

Le Territoire d’intervention de la Plateforme Mobilité

La Plateforme Mobilité intervient sur les Communautés de Communes Lacq-Orthez , du Béarn des Gaves, du Haut-Béarn et de la Vallée d’Ossau

Les conseillères mobilité

En plus de recevoir le public dans les locaux de Transition à Mourenx, les conseillères mobilité se déplacent au plus près des bénéficiaires, dans les mairies ou les centres sociaux sur place.

La mission de la Plateforme Mobilité

Pour plus de renseignements, contacter la Plateforme Mobilité par téléphone au 05.59.60.02.60 ou par mail à pm@transition64.fr

  • La plateforme régionale d’accès à la mobilité :
    https://les-aides.nouvelle-aquitaine.fr/amenagement-du-territoire/plateforme-regionale-dacces-la-mobilite
    La PRAM est une association initiée et soutenue fortement par la Région, spécialisée dans la collecte, la remise en état professionnelle et la revente solidaire de voitures d’occasions. Quatre garages associatifs  (liste ci-dessous) répartis sur le territoire régional et le pôle mobilité ADSEA 86 à Châtellerault se sont mobilisés pour créer en décembre 2013 l’association « Plate-forme Régionale d’Accès la Mobilité » (PRAM)  pour répondre aux besoins de mobilité des plus démunis.

Garages associatifs mobilisés :

  • Association pour l’Insertion et la Valorisation de l’Environnement à Niort (AIVE), anime un chantier d’insertion pour son garage,
  • Association pour les Gens du Voyage de la Région à Cognac (AGVRC),
  • Association Loisirs Formations Mobilité à Angoulême (LMF),
  • Association Régie de quartiers Diagonales à la Rochelle.

La PRAM, un fonctionnement solidaire et respectueux de l’environnement

L’objectif de la PRAM est d’organiser la récupération de dons de véhicules  (2 ou 4 roues ) sur le territoire régional auprès du public, des collectivités locales et des entreprises, et les vendre à petits prix aux personnes en situation de précarité sur prescription sociale.

Le donateur pourra obtenir un reçu fiscal établi sur la valeur vénale du véhicule. Les véhicules devront être roulants et répondre à certains critères notamment en terme d’impact environnemental (âge du véhicule, kilométrage, puissance et consommation, organes de sécurité, moteur,…).

Les véhicules seront révisés, réparés et garantis dans une démarche de développement durable notamment lors du recyclage des liquides, des pneus, par le respect des normes anti- pollution…

Les garages auront également un rôle d’accompagnement et de conseil en mobilité auprès des bénéficiaires.

Comment participer ?

Vous pouvez devenir donateur et céder votre véhicule à l’association PRAM.

Vous êtes un particulier :

  • Vous souhaitez changer de véhicule alors qu’il est en bon état. Et s’il permettait à quelqu’un de redémarrer ?
  • Donnez votre véhicule et bénéficiez d’une déduction fiscale à hauteur de 66% de votre don dans la limite de 20% des revenus imposables.

Vous êtes une entreprise ou une collectivité :

  • Vous avez une flotte de véhicules que vous devez renouveler régulièrement.
  • Vous êtes engagé dans une démarche de responsabilité sociétale des entreprises.
  • Vous êtes engagé dans une démarche d’Agenda 21.
  • Vous pouvez nous céder vos véhicules en état de fonctionnement et bénéficier de déduction fiscale pour votre structure à hauteur de 60% de la valeur vénale du bien, dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires.

Vous êtes un professionnel de l’automobile :

  • Les véhicules repris à vos clients vous encombrent, donnez-les à l’association PRAM.

Contacter l’association PRAM

200 rue Jean Jaurès – 79000 Niort
Tél : 06 76 78 25 71
contact@association-pram.fr
www.association-pram.fr

Correspondants

Délégation numérique15 rue de l’Ancienne Comédie
86021 POITIERS Cedex
05 49 55 68 70

Que vous ayez besoin d’aide pour passer votre permis de conduire ou pour acquérir un véhicule pour accompagner un retour à l’emploi / vous rendre à votre premier emploi, sachez que vous pouvez vous faire aider!
Ces aides sont souvent méconnues alors n’hésitez pas à les faire tourner autour de vous!

Auteur

femmesdevaleurvaleursdefemmes@gmail.com
Fondatrice de FVVF Coordinatrice du réseau Femmes des Territoires en Béarn des Gaves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.